Mercredi 17 nov. - J+3

Toujours plus loin

Au bout de deux jours de vélo, je devrais normalement dépasser mon plus grand kilométrage sur deux roues, réalisé sur Bordeaux-Paris (620km) cette année. C'est toujours revigorant de se dire qu'on a battu un petit record personnel.


J4 - le suivi par Valérie

Une fois de plus ce mercredi, Christian s'est réveillé à 4h pour aller faire quelques tours de vélo. Il est fatigué du corps et sent qu'il doit se trainer s'il veut ne pas accéder au seuil de douleur. Heureusement, l'énergie reviendra avec le soleil.

Je lui demande également comment vont ses fesses. Étonnamment, ce n'est pas un sujet dont il parle spontanément. "Elles me font mal bien sûr, mais je m'y attendais. " En s'habillant, dans la chambre, il me montre un beau derrière rouge de babouin. Il pense continuer les douches quotidiennes, tant que ses jambes le porteront à cet étage, à notre chambre, donc certainement jusqu'à la fin du vélo. Vu l'état de ses fesses, en effet, on commence à comprendre qu'une mauvaise hygiène pourrait avoir des effets dramatiques.
Contre le mal de fesses, les concurrents manient l'humour. Roger Lehman explique son truc à Christian : "Si t'as mal aux fesses, c'est simple, tu t'appuies sur tes pieds. Mais au bout de quelque temps, tu as mal aux pieds. Alors tu mets tout ton poids sur tes mains. Et là, tu as mal aux épaules."

La piscine, c'est désormais fini : Arthur Puckrin est sorti de l'eau a 3h du matin. Il a commencé par un bon sommeil, mais ça y est, il est sur son vélo avec les autres. Le doyen de l'épreuve n'amuse pas le terrain. Il aime le vélo et ça se voit. Même s'il fait tout en force, méconnaissant le moulinage, il rattrape ses kilomètres de retard.
Finalement, seul John Price n'a pas fini la natation. Mais il a quand même décidé de s'aligner sur le vélo. Il a toujours l'immense sourire de celui qui a décidé de s'offrir un sacré début de retraite ! Sur un tour, il filme le parcours en tenant son appareil photo à la main et en faisant des commentaires en voix off. Puis il prend 5 min pour me montrer avec fierté tout le film.

Dave Clamp
Pour ne pas perdre un instant, Dave reçoit la becquée sur son vélo.

A 8h45, Christian a une bonne et une mauvaise nouvelle : le compteur kilométrique intermédiaire de son vélo ne passe pas les 1000 km ! Puis soulagement finalement : il a buggé mais à 1001 km, tout est rentré dans l'ordre.

Dominique, lui, a du mal à avancer régulièrement. La fatigue le rattrape, il fait de nombreuses pauses et s'allonge. Finalement le jus reviendra vers 14 ou 15h. Il abattra des kilomètres avec aisance pendant tout l'après-midi. Il a 25 km à rattraper sur son programme, plus les 300 du jour. Ce n'est pas gagné.

A 11h, Christian fait, comme tous les jours, sa visite médicale. Il a pris un peu de poids, mais comme le médecin donne cela en livres, je n'arrive pas à retenir les nombres. Il se plaint à elle : "Mais j'étais venu pour maigrir ! Si c'est comme ça, j'arrête, moi !" Elle rit, puis devient perplexe quand il lui parle de son problème : au bout de 500 km de vélo, il a les tendons d'Achille qui "font plop-plop" comme si des petites bulles éclataient dedans. Bon, puisque ça ne lui fait pas mal, elle lui recommande de ne pas s'en préoccuper.

Chaleur
Stratégies anti-soleil : tartinage de crème solaire et bidon d'eau sur la tête.

Quand Dominique s'arrête faire une pause, la question revient toujours : "T'y crois, toi, que je suis en train de faire 1800 km de vélo ?" C'est un tel leitmotiv que je demande à ma voisine hongroise de m'apprendre à dire "T'y crois, toi ?" en hongrois. On passe le temps en s'amusant, aux ravitos.

A midi, c'est la grande joie depuis le début de l'épreuve: après bien des péripéties, mais qui sont hors du sujet de la course elle-même, j'arrive à avoir une connexion Skype en vidéo avec nos filles. Christian y participe même un instant et leur envoie des bisous à toutes. Grande excitation, et exploit à renouveler !

Ça y est, on entend parler des fesses, spontanément. A midi, Christian me le confirme : "J'ai quand même mal au derche. Je crois que 4 jours de vélo, ça me suffira." Gare à moi si j'en plaisante, il me rappelle qu'il n'a même pas encore parcouru 1200 km, la distance de Paris-Brest-Paris, qu'il compte me faire faire avec lui en 2011.

En début d'après-midi, le soleil tape fort. Les instincts de chasseur-cueilleur de Christian se réveillent. Il a trouvé une boutique de glaces de l'autre côté du parc. Me voilà réquisitionnée pour aller en acheter une. L'esquimau vanille est si délicieux qu'il me demande d'offrir la tournée générale des Mauduit le lendemain.

Dominique est plus terre à terre. C'est vrai qu'il a fait beaucoup de pauses, mais quand même, 85 km parcourus entre 9h et 15h : sa puce n'aurait pas un problème ? Il faut voir le système de comptage : c'est artisanal et parfois folklorique. Carlos, le responsable informatique, fait des manips sur la machine en live. Ça plante de temps en temps. Certains pensent que les Mexicains ont les tours facilement ajoutés, d'autres que Carlos appuie manuellement sur un bouton qui fait bip mais pour faire croire que la puce fonctionne...
Ferenc résume assez bien la situation : on n'a pas confiance. Et si à chaque tour on doit écouter le bip, vérifier que notre dossard a été noté le cas échéant... ça n'est pas possible de se concentrer sur la course elle-même.
Pendant 1h ou 2, j'écoute tous les passages de Dominique. Il a toujours droit à son bip. Et comme il reprend du poil de la bête, il abat des kilomètres, et avec le sourire s'il vous plaît.

Roger Lehman
Un brin de causette entre Christian et Roger Lehman

Avec Arthur, c'est aussi Beto que nous avons vu arriver. Beto est le précieux soutien de tous. Il a réponse à tout, est tout le temps sur le bord du circuit. Il va voir à droite à gauche, parle avec tous. Une crème, indispensable dès que vous avez le moindre problème. Il parle anglais : il l'a appris sur le bord des précédents décas. Mais je lui parle en espagnol. Il passe beaucoup de temps à la table du team Italie-Espagne, car c'est un endroit parfait pour tailler la bavette en espagnol, et c'est juste à côté de notre table. On en profite pour bien s'amuser dans les ravitos.
Les teams ? Eh oui, l'ultra-triathlon est souvent un sport d'équipe. Un concurrent est venu avec sa femme ? C'est le team Puckrin. Trois concurrents viennent du même pays ? C'est le team Italie.

Et pendant que nous bavardons dans les stands, les coureurs bavardent sur leur vélo. Carlos fait une pause : "Christian m'a raconté les 6 jours d'Antibes. C'est parfait pour des vacances avec ma femme. Il m'a dit que tu me donnerais l'adresse du site internet." Christian fait une pause : "Roger Lehman a fait Paris-Brest-Paris en 2007. Je lui ai demandé ses impressions." Bref, chacun vend sa soupe aux autres: toutes les précédentes courses effectuées, et il y en a car ces concurrents ont tous de la bouteille.

Comme d'habitude en fin de journée, malgré les horaires et les activités réglées sur du papier à musique, Christian a un coup de moins bien. Il se décide pour une micro-sieste de 10 min. La réussite est spectaculaire : il a la super patate de la mort ! Lui qui avait un début de diarrhée à midi, il est un homme neuf.

Mais a 22h, les fesses, ça empire. Il devient même temps de songer à réparer la selle du vélo. Rappelons qu'elle était cassée avant le début de l'épreuve. On pourrait peut-être échanger, Wayne veut bien prêter sa selle de rechange. Mais Christian ne veut ni de la nouveauté de la forme, ni du temps de bricolage. Alors on fait simple : on coince une paire de chaussettes en dessous, pour la tenir plus droite. Ça change un peu l'assise, en tout cas.

La fatigue remonte, aujourd'hui Christian tient jusqu'à 0h50. Et encore, lorsque Beat, qui est sur le quintuple et le croise à pied, le salue, il se... réveille! Merci Beat. Mais il va être temps d'aller se coucher. Ce coup-ci, on améliore encore les choses : j'emporte un petit déjeuner (bananes, petits gâteaux, eau) dans la chambre. Ce matin, le départ à jeun n'avait pas réussi à Christian.

Bilan de la journée :

  • 1325 km. Christian est dans la roue de Dave, qui, c'est vrai, a dormi en début de soirée. Cela paiera-t-il ?
  • Les fesses violettes et non plus rouges
  • Mais un moral d'enfer.

Christian et Dominique apprécient vos encouragements, que je transmets tous. Merci.

Rappels :

  • Suivi live kilométrique ici
  • Suivi webcam ici
  • Et des photos sur Facebook : Decatriathlon Monterrey Mexico
Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le dimanche 23 avril 2017.
Copyright © 2010 Valérie Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mardi 30 novembre 2010.