Lundi 15 nov. - J+1

Transition #1

La première transition devrait avoir lieu au beau milieu de la nuit. Je pense mettre entre 16h00 et 20h00, soit une arrivée à 1h00 ou 5h00 du matin heure locale. L'hyptohèse pessimiste c'est 24h00. Ça peut arriver. Les 6 jours d'Antibes avaient ceci de pratique qu'il suffisait d'avancer sur ses jambes tout le temps, pas de questions stratégiques compliquées, pas besoin de savoir s'il vaut mieux se reposer après la natation ou enchaîner de suite avec le vélo, profiter de la transition pour recharger les accus ou au contraire exploiter l'effort cycliste pour se réchauffer. Sur un triple (a fortiori un simple) Ironman on ne se pose pas la question, on fonce. Là, j'avoue que j'hésite. Je crois que je vais dormir. Enfin, c'est pas sûr. Intéressant le déca, intéressant.


Suivi du J2 - Valérie

L'arche
Et voila, il va falloir passer 939 fois dessous en vélo...

Nous avions laissé notre héros sur son vélo, au début de son périple de 1800 km. Les nuits sont fraîches et tout le monde a dû se couvrir en attendant le lever du jour. La veille de la course, l'organisation avait offert à chaque concurrent un poncho en laine polaire. L'un des cyclistes (Kale) l'avait revêtu sur son vélo. Le dossard-chasuble par dessus, le casque aérodynamique sur la tête, il avait drôle d'allure.

La Villa
La Villa, où est notre chambre (photo prise de la porte de notre chambre) Une allure de prison chic, avec ses coursives et sa cour intérieure couverte d'un toit.

Nous avons découvert les ravitos du parc Niños Heroes. En réalité, il s'agit plutôt d'une cantine : plats chauds, salades, viande... Rien de transportable sur le vélo, comme des petits gâteaux, des fruits secs, des barres. Christian a donc changé sa stratégie de course. Au lieu de petites pauses toutes les heures pour faire le plein et une plus grosse toutes les 4h pour un vrai repas, c'est pause-repas courte toutes les 2h.

La piscine a laissé des séquelles : il ne peut plus bouger le bras droit. Son amplitude est de moins de 10 degrés. Bien entendu, je deviens très utile : pour l'habiller sans déployer des prouesses d'ingéniosité, pour l'aider à descendre du vélo, pour lui donner la becquée. Heureusement, au fur et à mesure que la journée avance, cela s'arrange. Un tout petit peu. Mais il arrive à manger, à descendre de son vélo.

Fatigue
Eh oui, même avant la tombée de la nuit, Christian paraissait un peu fatigué.

En arrivant sur la piste, Christian espérait trouver tous les concurrents qu'il ne voyait plus à la piscine. Grosse déception : il n'y a presque personne. Au lever du jour, on voit se multiplier les cyclistes. Et enfin, un peu de chaleur monte. Il fera trop chaud à midi !

Le règlement est formel : il faut faire un check-up avec le médecin chaque jour. Celui-ci vous autorise, ou pas, à reprendre la compétition. Dominique y passe à 11h45, juste après un sommeil. Le médecin prend son pouls et lui dit : ''"Il va falloir attendre 5 min, je dois prendre le pouls au repos". Il rigole quand je lui dit qu'il vient de dormir : "Did you dream the race ?"'' Christian le dit au médecin pour son épaule. A-t-il mal aux jambes ? Non. Dans ce cas, pas de souci pour le médecin.

Après midi, je fais une petite sieste, dont je me réveille quand le vent soulève ma couverture. Une toile de tente s'est aussi envolée. Mais Christian est zen : '"Ça ne gêne pas"''. Bref, ce qu'il m'avait dit a Antibes quand la tempête s'était levée !

Agréable à voir : en cette belle journée, tous les cyclistes ont le sourire. Il faut dire que l'épreuve vélo ne fait que commencer. Il ont un ironman, ou moins, dans les jambes.

A 16h, repas entre Français. Il se remémorent leur journée de la veille. Finalement, la piscine, "Jusqu'à 19km, c'est sympa".

Puis a 18h la nuit tombe, la fatigue arrive directement avec. Pas mal aux jambes, toujours la vieille douleur de l'épaule. Mais surtout : Christian a des visions. Il voit des animaux traverser la piste. Quand on sait qu'un canard a percuté un triathlète l'an dernier, en vélo, lui causant une fracture de la clavicule, on peut presque y croire. Mais là, Christian a surtout besoin de repos. Souvenons-nous qu'il n'a pas réussi à dormir la nuit dernière.

A 19h, Vincenzo arrive enfin sur la piste de vélo. C'est le dernier nageur du déca-ironman. Je suis contente de le voir, le lui dis. En fait, il a glissé sur le carrelage de la piscine avant même le début de l'épreuve, et s'est foulé le poignet. Il a souffert le martyre pour nager (30h pour 38km), chaque mouvement était douloureux. Mais il en a profité pour analyser le double déca : ''"Ce sera une hécatombe. Je ne vois qu'Uwe et Kim pour pouvoir en venir à bout."'' Quant à lui, il relativise avec le sourire : ''"J'ai déjà fait 6 décas. J'ai toujours terminé dernier. Mais j'ai toujours terminé."'' Bien entendu, sur ce type d'épreuve, c'est le profil type des gens que l'on y rencontre. Pas d'abandonite ici !

Christian décide de pédaler encore jusqu'à 1h du matin. Il est sur une bonne moyenne par rapport à ses prévisions. Déjà 2 ironmans vélo faits. Il veut vraiment dépasser les 400 km avant de se coucher. Il a décidé d'aller à la chambre. C'est un peu loin, d'autant plus que nous sommes au 4ème étage. Mais il veut prendre une douche, pour retirer l'eau chlorée qui lui reste et se mélange désagréablement à la sueur. Et puis Andonie, l'organisateur, l'a dit : la clef en vélo c'est une bonne hygiène. Christian ne veut pas de furoncle comme c'est arrivé a certains.

Finalement, Dominique va dormir avant, vers 11h. Quand nous montons à la chambre, il se réveille tout juste et repart sur la piste (il redormira un peu dehors, plus tard). Christian dort 2h30, jusqu'à 4h, comme aux 6 jours d'Antibes. Dominique le lui a dit a 1h : le problème après dormir, c'est que j'ai la nausée. Christian est pareil au réveil. Bof. Mais, bonne nouvelle : son bras va un peu mieux, il arrive même à s'habiller tout seul.

Il était parti se coucher avec 80 km d'avance sur le suivant. Il se réveille avec un classement inchangé : c'est bon pour le moral.

Encore 8 ironmans a vélo...

Valérie, envoyée spéciale à Monterrey

Page générée par UWiKiCMS 1.1.8 le dimanche 23 avril 2017.
Copyright © 2010 Valérie Mauduit. Document placé sous licence GNU FDL.
Mis à jour le mardi 30 novembre 2010.